A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Enseignement supérieur au Mali : Des détenteurs de faux diplômes démasqués
Le Mali a t-il le droit de célébrer la francophonie ?
Aide-ménagères, à quand une loi d’amélioration ?
Conférence de presse de la Coalition des forces patriotiques : « Il faut obliger le pouvoir à un dialogue qui s’impose à lui »
1er Forum sur le contenu local dans le secteur minier au Mali : la fourniture des biens et services auprès des mines au cœur des débats.
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

COFOP invite le pouvoir au respect des libertés fondamentales

Compte tenue des problèmes socio-économiques et sécuritaires au Mali, la COFOP a invité le chef de l’Etat, à s’adresser au peuple malien...

Lire

22-03-2019

Conférence de presse de la Coalition des forces patriotiques : « Il faut obliger le pouvoir à un dialogue qui s’impose à lui »

 

Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU sur la situation du Mali

 
Le Républicain | Inter Bamako | Tjikan | Sport | 22 Septembre | Le Reporter | L'Indicateur du Renouveau | Le Carrefour | La Mutation | Le Débat |
 
Sur le fil de l'actualité...
Journée mondiale de l’eau : Pour un accès de tous au precieux liquide
BECHIR face à la révolte du pain : Le pouvoir à vie ou la CPI
L’exposition “ Black Queens” : Pour la cause des enfants vulnérables
Situation du pays
1er Forum sur le contenu local dans le secteur minier au Mali : la fourniture des biens et services auprès des mines au cœur des débats.
Programme énergétique 2018-2023 : L’accompagnement du secteur privé sollicité
Situation sécuritaire-économique-sociale : Le Mali dans la tourmente !
Egypte
Sur une île du Nil, des irréductibles refusent l’expulsion

Sur la petite île de Warraq, au Caire, en plein milieu du Nil, entre champs verdoyants et ruelles ensablées, des habitants menacés d’expulsion par l’Etat se disent déterminés à rester, à deux jours d’une décision de justice sur leur sort. "Le gouvernement veut que nous quittions cette beauté", nous raconte Abou Rawach Mohamed, un membre de la famille qui possède les ferries, seul moyen pour accéder à Warraq. "Mais où irons-nous ?", s’interroge cet homme de 32 ans. Selon un rapport officiel paru en 2017, l’île était à l’origine une terre agricole d’environ 420 hectares "occupée illégalement depuis plus de 15 ans et transformée en un quartier résidentiel informel". Mais de nombreux habitants assurent détenir des titres de propriété. A l’issue d’une visite en Egypte en octobre 2018 Leilani Farha, rapporteure spéciale de l’ONU pour le droit au logement décent, avait déclaré : "le gouvernement a exprimé un intérêt pour des projets de luxe dans tout Le Caire. Il est à craindre que l’île de Warraq (en) soit victime". Elle avait alors appelé les autorités à veiller à ce que les investissements dans l’immobilier "ne contribuent pas à rendre le logement inabordable". L’Égypte avait condamné des allégations "sans fondements".AFP.

Maroc
Les chrétiens marocains appellent au respect de la liberté de culte

La Coordination des chrétiens marocains, communauté ultra-minoritaire dans ce pays musulman à 99%, a appelé jeudi les autorités à garantir à tous la liberté de culte, à quelques jours de la visite du pape François, fin mars. "Nous renouvelons l’expression de nos aspirations aux libertés de base dont nous, chrétiens marocains, sommes encore souvent privés", est-il écrit dans un communiqué publié par cette association qui représente les musulmans marocains convertis au christianisme. Parmi ces droits, la Coordination liste "la liberté du culte public", le droit au mariage ecclésial ou civil, les rites funéraires chrétiens ou l’éducation des enfants.Une autre association marocaine, l’Association de défense des droits des minorités religieuses, a pour sa part appelé le pape François "à évoquer avec les responsables marocains certaines violations visant des chrétiens", dans un récent communiqué qui énumère quelques cas survenus en 2018 .La communauté chrétienne regroupe plus de 40.000 fidèles au Maroc, dont plus de 30.000 catholiques, selon des estimations. La grande majorité de ces chrétiens sont étrangers. Les citoyens marocains convertis sont "quelques milliers, pour la plupart protestants", selon la Coordination —environ 8.000 selon l’Observatoire des libertés religieuses.AFP.

Comores
Aux Comores, Iconi la rebelle veut écarter "son" président

Encore une fois, Iconi a joué les rebelles. Depuis trois mois, cette banlieue de la capitale comorienne Moroni a interdit de séjour les candidats à l’élection présidentielle de dimanche, après la mort d’un de ses habitants victime d’une bavure de l’armée."Nous avons perdu un frère, alors on ne peut pas accepter que les hommes politiques viennent ici faire de la propagande", proclame Said Ali Tabib, 48 ans, "on n’empêchera pas le déroulement du scrutin dimanche mais nous sommes en deuil".Iconi traîne depuis des décennies une réputation de banlieue turbulente. En 1977, l’armée y avait déjà ouvert le feu sur la foule, faisant 13 morts.Une quarantaine d’années plus tard, sa population s’est à nouveau levée contre le gouvernement et le chef de l’Etat, accusés cette fois d’être responsables de la mort de Hamada Saïd, 34 ans, dit "Gazon" "Ce qu’on veut, c’est la justice", exige un des amis de la victime, Les rivaux du chef de l’Etat en campagne y ont vu une nouvelle preuve de la dérive autoritaire qu’ils lui reprochent. Ces derniers mois, de nombreux opposants au régime ont été arrêtés, accusés d’avoir voulu le renverser.Gêné aux entournures, Azali Assoumani a ordonné une enquête et tente depuis de minimiser l’affaire.Mais l’enquête n’a pour l’heure abouti à aucune arrestation et les habitants d’Iconi ont peine à l’accepter. AFP.

Cameroun
Régions anglophones : au moins 5 personnes kidnappées, 80 autres dépuillées

Au moins cinq personnes ont été enlevées mercredi lors deux kidnappings distincts dans les deux régions anglophones du Cameroun, où 80 autres personnes ont été dépouillées le même jour par des séparatistes, a-t-on appris de plusieurs sources.L’axe sur lequel le kidnapping a eu lieu est connu pour être l’un des "plus dangereux" du pays en raison des fréquentes attaques des séparatistes qui rackettent les voyageurs, notamment en les gardant en otage en échange de rançons réclamées à leurs familles par transfert mobile. Les forces de l’ordre étaient toujours à leur recherche mercredi soir, a précisé une autorité locale.. Dans les deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, des séparatistes multiplient les enlèvements de responsables, de militaires et policiers, ainsi que des civils, d’une part pour maintenir la pression sur le régime de Yaoundé et d’autre part pour exiger des rançons permettant aux groupes armés de tenir.Des affrontements entre l’armée et ces séparatistes armés, regroupés en groupes épars dans la forêt équatoriale, s’y produisent depuis quasiment chaque jour.Dans ce conflit se sont en outre invités bandits et pillards qui rackettent les populations et les entreprises.AFP.

 

Reforme du système : Pr. Samba Sow et les PTF sur la même longueur d’onde
Le ministre de la Santé et de l'Hygiène, Pr. Samba Sow a présidé, le vendredi 30 novembre 2018, une rencontre de haut niveau avec les partenaires techniques et financiers. L'objectif de cette rencontre, dénommée dialogue politique, était d'amener le gouvernement du Mali, à travers le ministère de la Santé et de l'Hygiène publique, à renforcer les mesures tendant à améliorer le niveau des (...)
 

Clôture de l’atelier de la réforme sur la santé : Un comité d’expert pour le suivi des recommandations
Les quatre jours de travaux qu'a duré l'atelier sur la réforme du système de santé ont permis de formuler des recommandations pertinentes dont la mise en œuvre permettra de réduire significativement la morbidité et la mortalité des groupes vulnérables notamment les femmes et les enfants Au terme des travaux qui ont pris fin vendredi dernier, les participants ont formulé une batterie de (...)
 

© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés