A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Aïchata Diarra : « à travers mes textes j’arrive à fortifier les âmes de mes différents fans, à panser les blessures... »
Esclavage par ascendance à Kayes
MINUSMA : Après Christophe Sivillon, voici la gaffe d’Olivier Salgado
Billet : Vous avez dit rétablissement de l’intégrité territoriale ?
Affaire foncière:Interpellation du chef de village de Ouezzindougou et deux de ses conseillers au tribunal de la commune IV
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Quand un conseiller du PM, Sidi Kanouté, tente de bloquer l’appareil judiciaire

Les présumés agresseurs, proches parents d’un conseiller au Cabinet de la Primature, ont été interpelés et entendus au niveau du Procureur de la République...

Lire

12-12-2019

Esclavage par ascendance à Kayes

 

Aïchata Diarra : « à travers mes textes j’arrive à fortifier les âmes de mes différents fans, à panser les blessures... »

 
Le Républicain | Inter Bamako | Tjikan | Sport | 22 Septembre | Le Reporter | L'Indicateur du Renouveau | Le Carrefour | La Mutation | Le Débat |
 
Sur le fil de l'actualité...
MINUSMA : Après Christophe Sivillon, voici la gaffe d’Olivier Salgado
Gestion de l’AMO : Les syndicats des officines privées suspendent leur grève
Billet : Vous avez dit rétablissement de l’intégrité territoriale ?
Situation du pays
Lutte contre les violences contre la femme : Une priorité du Général Salif Traoré
Chronique du Mali : le statut de Kidal, poudrière de la politique française en Afrique
L’homme politique de l’année 2019 : Mamadou Oumar Sidibé
Mali
Commission vérité, justice et réconciliation : Treize victimes entendues lors de la première audience publique

Le président de la CVJR a plaidé pour que les voix des personnes ayant souffert des
atteintes aux droits humains ne tombent pas dans des oreilles sourdes.
En échos, le ministre Lassine Bouaré a assuré que le gouvernement ne ménagera aucun effort pour créer les conditions d’une réconciliation durable Il s’agit des cas de détentions arbitraires, d’enlèvements et de séquestrations. Au cours des travaux de l’audience publique, 13 victimes ont témoigné sur les atteintes au droit à la liberté dont elles ont été victimes. Elles ont fait leurs témoignages devant sept commissaires. Il convient de signaler que quatre cas remontent aux années qui ont immédiatement suivi l’indépendance de notre pays et les neuf autres témoignages concernent la période allant de 2012 à nos jours. Le ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale a souligné que les audiences publiques de la CVJR se tiennent à un moment où notre pays connaît une situation sécuritaire particulièrement difficile.Cette journée de la première audience publique de la CVJR s’est terminée par la remise de certificats aux victimes et a enregistré la présence des présidents des institutions similaires du Burkina Faso et de la Tunisie. Aboubacar TRAORÉ/Alou Badra DOUMBIA/L’Essor .

Guinée
Evaluation du climat pre-electoral en Guinée : Les missi dominici aborderont-ils les sujets qui fâchent ?

Ils sont sept avec à leur tête, les ex-présidents Nicéphore Soglo du Bénin et Goodluck Jonathan du Nigeria, qui séjourneront du 9 au 13 décembre 2019 en Guinée Conakry. Dépêchées par le National Democratic Institute et la Fondation Koffi Annan, ces personnalités ont pour mission d’évaluer les préparatifs des élections législatives prévues pour se tenir, en principe, en février 2020. A l’occasion, la délégation rencontrera, tour à tour, la majorité présidentielle et l’opposition, mais aussi des organisations de la société civile, la CENI et bien d’autres acteurs intervenant.... Cela est d’autant plus nécessaire qu’en Guinée, des accords politiques ont été signés depuis 2013 par les différents acteurs mais tous ou presque se sont soldés par des échecs, la mauvaise foi des uns et des autres aidant. « Mieux vaut prévenir que guérir », peut-on dire, surtout quand on sait que la crise politique guinéenne est très complexe. Car, au-delà des législatives qui focalisent toutes les attentions, il y a le débat lié à un éventuel troisième mandat du président Alpha Condé, qui fait des gorges chaudes. Cela dit, la mission osera-t-elle aborder les sujets qui fâchent avec le maître de Conakry dont on dit qu’il est très susceptible ? Ou bien va-t-elle se contenter d’évaluer le climat pré-électoral et de remettre les conclusions à ses mandants ? On attend de voir. B.O/Lepays.bf

Côte d’Ivoire
EDF : signature du contrat de concession pour Biovéa, la plus grande centrale biomasse d’Afrique de l’Ouest

EDF a signé ce jour à Abidjan, la convention de concession de la centrale biomasse Biovéa avec le gouvernement ivoirien. Cette étape devrait accélérer l’avancement du projet pour des travaux annoncés mi-2020. « C’est un très bel exemple d’économie circulaire », se félicite Valérie Levkov, la directrice Afrique, Moyen-Orient et Méditerranée orientale d’EDF. « Toutes les conditions nécessaires pour faire aboutir le projet ont été acceptées par les différents partenaires. Cette signature est l’élément-clé du modèle économique de ce projet qui comprend la répartition des risques et des responsabilités et qui fixe le rôle de chaque acteurs, y compris celui du gouvernement, mais aussi le prix de l’électricité », explique-t-elle. Les travaux de construction de la centrale devraient générer quelque 500 emplois locaux. Le coût total du projet avoisine les 200 millions d’euros, financé via un montage de type « project finance ».« Le projet de centrale concerne 11 000 exploitants agricoles non-industriels qui verront leurs revenus augmenter de 10%. Quant à l’impact environnemental elle explique que « elle ne sera pas exportée et il n’y aura aucune déforestation associée à cette culture qui n’est pas appelée à s’étendre ». Biovéa est considéré comme un projet « pilote » qui devrait être répliqué dans d’autres régions d’Afrique de l’Ouest. Ecoafrik

SÉNÉGAL
Forum de Dakar sur l’insécurité au Sahel : Que peut-on attendre du P3S ?

Les lampions de l’édition 2019 du Forum de Dakar sur la paix et la sécurité, en Afrique, se sont éteints le 19 novembre 2019. Deux jours durant, les participants à ce rendez-vous au nombre desquels l’on comptait le Premier ministre français, Edouard Philippe et le nouveau président mauritanien, Mohamed Ould Ghazouani, se sont penchés sur le thème suivant : « Les défis du multilatéralisme ». Avant de revenir sur l’une des mesures phares de la rencontre, en l’occurrence le Partenariat pour la sécurité et la stabilité au Sahel (P3S), l’on peut déjà se féliciter de la tenue de ce forum qui est à sa sixième édition et qui intervient dans un contexte de nouvelle flambée de violences terroristes dans les pays du Sahel, plus particulièrement au Mali, au Burkina Faso et au Niger. En rappel, l’idée de cette rencontre annuelle est née du Sommet de l’Elysée en 2013, dans la foulée de l’Opération Serval, avec pour objectif principal de « mettre en place, de manière régulière, une grande réunion, avec pour thème la défense et la sécurité en Afrique, à l’instar du Shangri-La Dialogue en Asie ou de la réunion d’Abou Dhabi pour les pays musulmans ». L’objectif affiché est une coopération plus élargie contre les bandes armées. Dans le même ordre d’idée, l’on peut aussi saluer le coup de gueule, à l’ouverture, de l’hôte du Forum, le président Macky Sall.LePays

 

Zoom sur Hammadoun Dicko (1924-1964) : Le destin brisé d’un homme politique aux dents longues
Homme politique malien né en 1924 à Diona, Hammadoun Dicko sera lâchement assassiné à Kidal sous le régime de Modibo Keita. Fils d'un chef de village, il étudie à l'école de Douentza puis à Mopti et au lycée Terrassons de Fougères à Bamako, Hammadoun Dicko poursuit ensuite à l'Ecole normale William Ponty de Dakar. En 1947, Monsieur Dicko est nommé instituteur où il exerce d'abord à Bafoulabé (...)
 

Bon à savoir : 07 astuces pour réagir face aux ragots ou commérages
Les critiques, les rumeurs et les ragots sont des éléments fréquents du quotidien de tout être humain. Certainement qu'à de nombreuses reprises, quelqu'un est venu vous rapporter une rumeur sur une connaissance commune. Mais combien de fois avez-vous raconté quelque chose sur une autre personne à l'un de vos amis ou de vos proches ? Mais, ce qui différencie ces comportements, c'est (...)
 

© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés