A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
La page noire de la campagne électorale
Urgent, deux cas de coronavirus confirmés au Mali
Les élections législatives ont eu lieu sans grande affluence
Acquisition de l’avion présidentiel et fourniture de matériels aux FAMa : -Deux personnes placées sous mandat de dépôt
Le chef de file de l’opposition malienne enlevé : Un défi à la République !
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

1 mort, des blessés, des otages, des victimes de vol !

Le 1er tour de l’élection législative du 29 mars a été endeuillée par la mort de Mohamed Cissé, garde de corps du chef de file de l’opposition....

Lire

01-04-2020

La page noire de la campagne électorale

 

Les élections législatives ont eu lieu sans grande affluence

 
Le Républicain | Inter Bamako | Tjikan | Sport | 22 Septembre | Le Reporter | L'Indicateur du Renouveau | Le Carrefour | La Mutation | Le Débat |
 
Sur le fil de l'actualité...
Scrutin législatif du 29 mars 2020 : Centres et bureaux de vote ont attendu les électeurs, désespérément !
Le candidat Moussa Mara, après son vote : ‘’Ce qui me préoccupe, c’est l’enlèvement de l’Honorable Cissé’’
Flambée des prix pour cause de coronavirus : La colère d’un citoyen
Situation du pays
Adjudant Sitan Ouattara : Pour l’amour du métier des armes
Elections législatives en commune V et VI : Vers un taux de participation catastrophique
Législatives/insécurité/coronavirus : Le gouvernement sur trois fronts
Libye
Libération de deux ingénieurs pétroliers, dont un Roumain, enlevés en 2018

La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé lundi 30 mars la libération de deux de ses employés, dont un Roumain, enlevés en juillet 2018 sur un champ pétrolier du sud du pays plongé dans le chaos. Dans un communiqué publié sur son site, la NOC s’est félicitée de « la libération d’Ashraf Msallam et de Valentin-Laurentiu Puscasu », sans donner plus de détails sur les circonstances de leur enlèvement ou de leur libération. Les deux ingénieurs, ainsi que deux autres Libyens, avaient été enlevés le 14 juillet 2018 par un groupe armé sur le champ de Sharara dans la région d’Oubari, à environ 900 kilomètres au sud de Tripoli. Deux Libyens avaient été libérés juste après. « Je suis très heureux de voir que ces hommes sont désormais en sécurité et que leur captivité a pris fin. La sécurité des employés et des travailleurs est une priorité (…) », a réagi le patron de la NOC, Moustafa Sanalla.
Des enlèvements réguliers. Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est plongée dans le chaos et les travailleurs étrangers et les représentations diplomatiques du pays ont été régulièrement la cible d’attaques et d’enlèvements par des milices ou des groupes djihadistes. Les structures pétrolières ne sont pas épargnées par l’insécurité régnante et sont souvent la cible d’attaques de groupes armés rivaux.LePays

Mali
Législatives et coronavirus : Le geste « discriminatoire » de la première dame

Dans ce centre, 12017 inscrits sont repartis entre 25 bureaux de vote. S’il n’a pas voulu se prononcer sur le niveau de la mobilisation, Ikaliloune Maïga, coordinateur du centre, se dit toutefois conscient d’une chose. C’est que ces élections interviennent dans un contexte particulier : frontières fermées, populations apeurées. Mais, pas de difficulté majeure en termes d’organisation matérielle du vote. Mais, si la distance d’un mètre est respectée dans le bureau n°14 où IBK a voté, la situation est différente dans les autres bureaux, où les agents électoraux sont souvent au coude-à-coude. C’est d’ailleurs le même constat dans plusieurs bureaux de vote du centre du second cycle de Sébénikoro. Le geste de la première dame décrié Dans le bureau de vote n°19, un agent électoral, sous le couvert de l’anonymat, a dénoncé le fait que Keïta Aminata Maïga est arrivée, dit-il, et avec son gel hydro alcoolique et son encre indélébile. « Tous les Maliens devraient utiliser les mêmes kits », clame notre interlocuteur qui estime que le geste de la première dame est purement « discriminatoire ». Selon lui, la pandémie du coronavirus a indéniablement eu un impact sur la mobilisation populaire. En effet, deux heures après le démarrage des opérations de vote, le bureau n°19 n’avait enregistré que 19 votants. BS

Niger
Grace présidentielle accordée à Hama Hamadou : Réelle mansuétude ou calcul politique ?

Le président nigérien, Mahamadou Issoufou, vient d’accorder la grâce présidentielle à 1 540 détenus et ce, en vue de désengorger les prisons du pays. Une mesure visant à mieux lutter contre le coronavirus. Parmi les bénéficiaires de cette grâce présidentielle, figure le principal opposant au président nigérien, Hama Amadou, ex-président de l’Assemblée nationale, qui purgeait une peine d’un an suite à sa condamnation par contumace en 2017 dans l’affaire de trafic international de bébés. On se rappelle que l’homme, criant à une cabale politique, avait quitté son pays en 2014. Mais dès son retour au bercail pour assister aux obsèques de sa génitrice, Hama Amadou avait été, de nouveau, conduit le 18 novembre 2019, à la prison de Filingué dans l’Ouest du pays pour purger les 8 mois restants puisqu’il y avait déjà passé quelques mois avant de fuir le pays pour la France pour des raisons de santé. C’est donc désormais en homme libre qu’il rejoint les siens, notamment sa famille politique qui n’avait de cesse de réclamer à cor et à cri sa libération pure et simple. Mais pour autant, pourra-t-il prendre part à la présidentielle de 2021 à laquelle il a été désigné candidat de son parti ? Difficile de répondre par l’affirmative ce d’autant plus que la grâce présidentielle ne signifie pas blanchiment de l’accusé mais plutôt une réduction de sa peine de prison.LePays

Afrique/Coronavirus
L’Afrique face au confinement lie au coronavirus : Le grand dilemme

Sortir et risquer d’attraper le coronavirus ou rester cloîtré chez soi et mourir de faim ; tel se présente le dilemme du confinement lié au Covid-19, qui commence à gagner le continent noir où à la date du 29 mars 2020, 46 des 54 pays du continent étaient touchés, pour un total de 4 282 cas dont 134 décès. Si ces chiffres sont encore loin de l’hécatombe de certains pays comme la Chine, l’Italie, l’Espagne, la France voire l’Iran, l’Afrique s’apprête à passer à la vitesse supérieure en termes de renforcement des mesures préventives contre la pandémie. Et même si le sujet divise encore, le confinement des populations est bien à l’ordre du jour sur le continent noir où l’Afrique du sud l’a déjà imposé, depuis le 27 mars dernier, à 57 millions de citoyens, pour trois semaines. Deux jours plus tard, le président nigérian, Muhammadu Buhari, emboîtait le pas à son homologue sud-africain en ordonnant le confinement total pour deux semaines, des populations de la capitale fédérale, Abuja, et de Lagos, la mégalopole du Sud qui ne compte pas moins de vingt millions d’habitants. Aussi salutaire que cette mise sous cloche puisse paraître, toute la grande difficulté sera dans son application. Depuis le 30 mars, le Zimbabwe s’est engagé sur le même chemin, pendant que des mesures similaires sont aussi annoncées au Congo, à la suite du Rwanda et de la Tunisie qui comptent parmi les premiers pays africains à avoir adopté ladite mesure.LePays

 

Zoom sur Hammadoun Dicko (1924-1964) : Le destin brisé d’un homme politique aux dents longues
Homme politique malien né en 1924 à Diona, Hammadoun Dicko sera lâchement assassiné à Kidal sous le régime de Modibo Keita. Fils d'un chef de village, il étudie à l'école de Douentza puis à Mopti et au lycée Terrassons de Fougères à Bamako, Hammadoun Dicko poursuit ensuite à l'Ecole normale William Ponty de Dakar. En 1947, Monsieur Dicko est nommé instituteur où il exerce d'abord à Bafoulabé (...)
 

Bon à savoir : 07 astuces pour réagir face aux ragots ou commérages
Les critiques, les rumeurs et les ragots sont des éléments fréquents du quotidien de tout être humain. Certainement qu'à de nombreuses reprises, quelqu'un est venu vous rapporter une rumeur sur une connaissance commune. Mais combien de fois avez-vous raconté quelque chose sur une autre personne à l'un de vos amis ou de vos proches ? Mais, ce qui différencie ces comportements, c'est (...)
 

© 1999-2020 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés